PUBLICATION

La gestion du matériel létal dans les situations de conflit : actuels défis et opportunités pour la Facilité européenne pour la paix

Cette publication est également disponible en: ENG FR NL

Ce document, fruit d’une collaboration entre Eric G. Berman (directeur de l’initiative « Sauvegarde des Stocks du Secteur de la Sécurité» (S⁴)) et de IPIS, montre que les niveaux de perte de personnel en uniforme servant dans des opérations soutien de la paix dans la région du bassin du lac Tchad sous l’égide de la Force multinationale mixte (FMM), ainsi que la saisie de matériel létal provenant de stocks étatiques, sont étonnamment élevés. Selon certaines informations, les factions de Boko Haram au Nigeria ont saisi des équipements appartenant aux contingents, notamment une large gamme de systèmes d’armes lourdes, parmi lesquels ceux provenant des États membres de l’UE.

La quantité d’armes légères et de petit calibre saisies est si importante qu’elle a soutenu l’insurrection dans la région du bassin du lac Tchad pendant plus d’une décennie. En réalité, il est presque certain que l’étude sous-estime considérablement l’ampleur et la portée réelles du défi. Les données compilées pour ce document proviennent uniquement de données en open source et, par conséquent, ne saisissent probablement que des fragments du tableau complet pour la période couverte.

Le rapport montre que le manque de qualité et de quantités de matériel létal a certainement eu un effet négatif sur le moral et a contribué à des lacunes opérationnelles au sein et aux côtés de la FMM. Le rapport fait état de cas dans lesquels le manque de munitions et d’armes (en état de marche) a entraîné des pertes ou un manquement au devoir.

Cependant, l’augmentation de l’équipement n’est pas la seule solution. Comme le démontre le document, le manque de leadership, de formation et d'”esprit de corps” explique également les difficultés auxquelles est confronté le personnel de sécurité dans la région du bassin du lac Tchad. Cette situation d’insuffisance opérationnelle ne doit pas être considérée comme un problème propre au Nigeria, puisque des pratiques d’achat corrompues et des avantages refusés aux soldats ont également lieu dans d’autres pays contributeurs de troupes de la FMM.

Il est certainement possible d’améliorer la gestion des armes et des munitions dans le cadre des opérations de soutien de la paix. Des cadres de contrôle des armes existent et de nouvelles politiques sont créées, qui sont honorables et répondent à des besoins réels. Mais il existe un fossé évident entre les actions et les engagements – y compris ceux juridiquement contraignants. Le document se termine donc par plusieurs recommandations à l’UE sur la manière de mieux comprendre, enregistrer et réduire les pertes de matériel létal des forces de sécurité étatitiques dans les opérations de paix et les situations de conflit.

IPIS a développé une carte web interactive pour permettre aux utilisateurs de visualiser l’emplacement des pertes de stocks du secteur de la sécurité et d’en savoir plus sur les détails de chaque incident. Des données supplémentaires seront ajoutées à la carte web au cours du projet.

Ce document est une traduction du rapport The management of lethal materiel in conflict settings: existing challenges and opportunities for the European Peace Facility publié en anglais en septembre 2021.

Traduction financée par le ministère des Affaires étrangères de Suède.

L’Initiative (S4) « Sauvegarde des Stocks du Secteur de la Sécurité » s’efforce de réduire la perte d’équipement appartenant aux contingents et de matériel récupéré dans les situations de conflit à tra- vers la promotion des bonnes pratiques, des cadres de contrôle des armes et de la responsabilisation.

Retour haut de page