Menu

La coopération belge au développement et les états fragiles: un écart entre politique et pratique

top

Près de la moitié des fonds de l’aide au développement belge prend la direction de pays partenaires dont les autorités n’ont pas la capacité, la volonté et / ou la légitimité de gérer efficacement les affaires publiques, d’assurer la sécurité et de sortir la population de la pauvreté. Dans la mesure où les recettes traditionnelles de l’aide atteignent leurs limites dans ces « États fragiles », une politique internationale a été mise au point durant la dernière décennie. Elle propose un projet détaillé en faveur d’une approche différenciée de l’aide à ces pays, dans le but d’accroître leur résilience. La Coopération belge au développement souscrit aux engagements internationaux en faveur des États fragiles qui ont vu le jour dans la foulée de ce projet, par exemple les Principes pour les États fragiles (PEF) et le New Deal. En 2013, une note de stratégie belge en faveur des situations fragiles a été approuvée. L’aspect positif des choses est que la Belgique poursuit son engagement sur ce thème, tant au niveau de la politique internationale que dans sa propre politique de développement, en dépit du contexte difficile que nous connaissons.

Download in pdf or open with issuu reader.