Menu

Cartographie des motivations derrière les conflits : le M23

|
top

Depuis 2004, IPIS a publié divers rapports sur le conflit qui affecte la République démocratique du Congo (RDC). De 2007 à 2010, IPIS a porté avant tout son attention sur les motivations des principaux groupes armés qui subsistent en RDC suite aux guerres que le Congo a connues en 1996 et en 1998. Depuis 2010, nombre de ces groupes ont été démobilisés, plusieurs ont été intégrés à l’armée congolaise (FARDC), et la situation sécuritaire s’est peu à peu stabilisée. Cependant, après les élections de 2011 une série d’événements a conduit à la création d’un « nouveau » groupe armé qui s’est appelé le « M23 ». Au début, les FARDC ont acculé ce groupe près de la frontière rwandaise, et tout semblait indiquer qu’il allait vite disparaître. Mais les mois suivants le M23 s’est remarquablement bien repris ; il s’est emparé de Rutshuru et de Goma et a commencé à manifester des ambitions nationales.
À la lumière de ces développements et eu égard à la recrudescence du risque de conflit armé à grande échelle en RDC, le Réseau européen pour l’Afrique centrale (EurAc) a estimé qu’il était essentiel que les parties prenantes appréhendent correctement les motivations du M23 afin de faire face à l’escalade actuelle. IPIS s’est porté volontaire pour réaliser cette analyse qui constitue une brève mise à jour de sa série de rapports « Cartographie des motivations derrière les conflits ». Le présent rapport ne reflète pas nécessairement la position d’EurAc, et IPIS en assume seul la responsabilité. Des contraintes de temps n’ont pas permis de présenter des cartes web ; les données pertinentes figurent cependant sur des cartes au format classique insérées dans le texte.
Ce rapport étudie quatre hypothèses de motivations du M23 : des revendications historiques, des tensions interethniques, un avantage économique et le contrôle politique de territoires. Chacune de ces explications est comparée au discours, aux décisions et aux actions du M23. Les chercheurs tiennent à souligner que la situation évolue en permanence sur le terrain. Le M23 est un mouvement récent, dont la création remonte à moins de sept mois avant cette analyse ; on signale de nouveaux développements pratiquement tous les jours.
La plupart des informations utilisées relèvent du domaine public. Lorsque les sources étaient insuffisantes, de nouvelles informations ont été recueillies par des chercheurs d’IPIS qui travaillaient sur des thèmes connexes au Sud-Kivu, et par des entretiens téléphoniques.

Download in pdf or open with issuu reader.